Escapade à Salay


Myanmar

A découvrir : la ville coloniale de Salay:

Laissez nous vous raconter l'histoire contemporaine de Salay. Tout commence par la descente de l'Irrawaddy à destination du pont de Tchauk. Vous débarquez sur la rive gauche pour vous rendre dans le village de Seik Phyu (Blanc Mouton !) champêtre et traditionnel, fameux pour ses échalotes (nombreux superbes greniers en bambous tresses) Arrêt au temple Chim Pin Lay Myat Na ( la pagode aux quatre Bouddhas), très classique dans sa simplicité, avec un cloitre entourant deux stupas et un préau d’enseignement.

Traversez le pont.

Arrêt au square en l’honneur de Thakin Po Hla Gyi, héro du communisme Birman et figure maitresse des revendications ouvrières a la British Oil Company (janvier 1938) qui devaient ouvrir la voie aux soulèvements populaires et à l’indépendance (1947). Il était surnommé l’Ogre (Alawaka) en référence à sa force de caractère, à moins que ce ne soit pour sa volonté d’arracher toujours plus de concessions aux anglais : salaires minimums, journée de travail de 8 heures, paiement des heures supplémentaires, congés maladie, salle de repos etc. En tout 12 revendications qui furent satisfaites au bout du compte, après plus d’un an de lutte.

petite vue historique

La BOC (Burma Oil Company), démarre l’exploitation du pétrole dans la région de Chauk en 1902. A l’époque le pétrole était essentiellement utilisé pour l’éclairage (bougies et lampes à pétrole). Les gisements Birmans couvraient alors les besoins de tout l’empire des Indes Britanniques. Dans un premier temps, le brut était raffiné à Syriam, dans la région de Yangon, à 563 km de distance. Les sabotages répétés sur les pipelines pendant la seconde guerre mondiale ont conduit au développement des tankers fluviaux. Salay déjà riche du coton et du teck à ainsi connu un regain d’activité.

Entrez dans Salay...

vous serez accueillie au Stamp restaurant, l'ancienne poste coloniale récemment rénovée par l'association Treasure Project.
La visite se fait à pied : le monastère et la bibliothèque d’U Po Nya, le plus célèbre des poètes Birmans, favori du roi Mindon (1875) ; la pagode du Bouddha de laque, le plus grand du monde (on peut même rentrer à l’intérieur !), qui fut trouvé dérivant sur le fleuve, venant on ne sait d’où; le Monastère musée Yok Son Kyaung (1892) richement sculpté, qui abrite de superbes pièces d’art bouddhistes du 17ème et 18ème siècle ; la maison du donateur du musée, le très riche commerçant U Bo Kyi.
Le long du parcours, vous remarquerez les belles maisons coloniales des élites de la ville dont les nombreux contremaitres de la BOC. Elles datent pour la plupart des années 1910. Beaucoup ont subi des rénovations malheureuses, d’autres ont perdu leur crépi, d’autres sont restées dans leur jus, rongées de moisissures et de mousses, mais le gouvernement et les habitants réalisent aujourd’hui la valeur de ce patrimoine et les réhabilitations ont commencé.
Terminez cette découverte par le monastère Sassana Yaugyi (magnifique meubles bibliothèques et richissime collection de textes sacres bouddhistes), rencontre avec le moine U Pandita, responsable de l’école gratuite attenante.

Petite vue associative

Treasure Project, l’association qui conduit les travaux sur le Stamp et les maisons voisines ambitionne de redonner au village son aspect d’antan en contribuant au développement touristique (restauration, hébergement, artisanat) tout en menant des actions de nettoyage et d’éducation à l’hygiène, à l’accueil et à l’écologie.

Envie découvrir Salay? Contactez nous ici